1 (41)

L’Arctic Marathon, le marathon des superlatifs

 Photos ©Aldo Viola

Vivre une épopée hors du commun, dans les latitudes les plus extrêmes de la Terre, s’engager dans une course mythique pour conquérir de la liberté, de la visibilité et de la reconnaissance au profit des personnes en situation de handicap, dompter les éléments qui se déchaînent, affronter la fatigue, vaincre ses doutes et la douleur… Rien n’a manqué au programme de la Team ce week-end. Le challenge et les conditions météorologiques vécus par Jean-Michel, Claudio et Alex le jour de l’épreuve étaient dantesques, mais ils y sont arrivés, repoussant leurs limites jusqu’à l’extrême.

Le soleil qui ne se couche jamais a choisi de reprendre son souffle le temps de la compétition et a disparu loin derrière les nuages noirs. L’eau, omniprésente au Svalbard avec la mer et les glaciers, a soudainement fait son apparition cette fois sous forme de neige et de pluie.
L’air s’est associé à la course dans ses formes les plus violentes.
La terre, d’un blanc immaculé à l’horizon, a offert un terrain sombre de gravillons difficilement praticable. Le parcours est devenu de plus en plus gras, gluant, spongieux à mesure que les précipitations se sont abattues sur les coureurs.
Le temps a aussi été une dimension essentielle. Le compte à rebours obligeait Jean Michel, Claudio et Alex à se surpasser pour demeurer dans les délais impartis. Les fluctuations, les précipitations, les ralentissements, les immobilisations, les stagnations, ou au contraires les envolées… Le rapport au temps s’est fondu et s’est uni à l’espace, au sein de dynamiques très différentes. Aucune aide n’était accordée à Jean-Michel qui a dû lutter contre les éléments mais aussi le dénivelé. La course de Jean-Michel, Alex et Claudio s’est révélée extrêmement tactique pour remplir les exigences du règlement.

Ce qui constitue la richesse d’une telle épreuve, malgré les éprouvantes brûlures de l’âme et du corps se sont l’intensité des émotions et des rencontres, la profondeur des échanges, l’esprit d’équipe et la rage d’aller au bout.

C’est aussi l’exploration d’un monde inconnu qui renvoie à la découverte de soi-même. Les photos d’Aldo et le film en préparation de Stéphane en révéleront la profondeur et la beauté. Il a beaucoup été question de dépassement de soi, d’entraide, mais aussi d’amour. Alain, au poste crucial de responsable logistique, Sarah qui nous a fait vivre ces instants irréels en live, et Nicole ont parcouru avec Aldo et Stéphane des kilomètres pour encourager, filmer, et graver le maximum d’images afin de se souvenir, de partager et de transmettre cette aventure sportive et humaine à chacun d’entre nous.

Les partenaires de la Team pour l’Arctic Marathon ont rendu ce challenge possible, qu’ils en soient chaleureusement remerciés. Le rêve se prolongera et nourrira l’imaginaire de la No Difference encore longtemps.
Galvanisée par une telle expérience, la Team, plus vaillante que jamais, se projette déjà dans de nouvelles aventures.

Sophie Barenne
Communiqué de presse