WhatsApp Image 2020-03-01 at 22.05.43

La conquête de soi passe par la conquête des sommets

Ce week-end, à l’occasion de son premier Trail dans la neige, Alexandre est parti non seulement à l’assaut de la montagne mais aussi de son handicap, au prix d’efforts colossaux. 

Depuis plusieurs mois, Alexandre a entrepris, avec Claudio, un travail titanesque sur le physique, le mental et le cardio. Après plus de 17 ans à fréquenter le dojo, il souhaite désormais franchir, avec Claudio pour guide, une nouvelle étape dans son existence. Ce qui l’attend, c’est à la fois un travail personnel important et une remise en question totale qui fait émerger une autre conception de la vie au quotidien et une manière différente d’appréhender le handicap et le rapport aux autres. 

Pour réaliser ce dessein, ils se sont fixés un certain nombre d’objectifs intermédiaires. Parmi eux, samedi dernier, le Diablerets Trail Blanc : une course de 10 km, une bonne dose de dénivelé et un terrain à la fois meuble et glissant. Pour cette étape, la montagne était l’enjeu d’une lutte qu’Alexandre devait remporter contre lui-même. Et c’est chose faite ! Outre les pentes abruptes et le sol glissant qui requièrent un bon entrainement cardio de la part des grimpeurs, la neige (comme le sable) représentent pour Alexandre une difficulté supplémentaire, compte tenu de la posture de son pied gauche. Cela lui avait valu de perdre ses chaussures à Valmorel (au sens propre !) mais aussi de perdre un peu pied. Cette fois-ci, Claudio ne lui a laissé aucun répit et aucune zone de confort, le poussant dans ses derniers retranchements et ne le faisant bénéficier d’aucun aménagement de course. 

Contagion
Les sentiers sauvages, le long des rivières du Dar et de la Grande Eau, et  le décor grandiose du cirque de Creux de Champ ont été un terrain éprouvant mais aussi terriblement inspirant ! Alex (sur la boucle de 21km) et Sammy et Sophie (sur celle de 10km) expérimentaient eux aussi, pour la première fois, les Trails sur la neige. Ils sont revenus emballés par cette immersion totale dans la course de montagne, une aventure humaine et sensorielle particulièrement riche. 

Le plaisir qu’ils ont eu samedi et les sourires qu’ils arborent sur toutes les somptueuses photos d’Aldo, risquent bien de se répandre plus vite que le coronavirus auprès de leurs coéquipiers de la No Diff et d’augmenter de façon exponentielle le nombre d’inscrits l’an prochain !

Communiqué de presse du 1er mars 2020
Sophie Barenne